Un Groupe de Travail se tenait au Ministère de l’Education Nationale. Contrairement à d’autres organisations, le SNALC ne s’attribuera pas tous les mérites, ne criera pas victoire, ni ne publiera les grilles qui nous ont été proposées car elles peuvent encore évoluer (La hausse du SMIC au 1er mai va les rendre caduques avant même qu’elles ne soient validées).

  • Le groupe de travail ministériel concernait:

le reclassement en CDI des AESH ayant plus de 3 ans de CDD au 1er septembre 2023
l’augmentation de la rémunération des AESH (grille indiciaire et indemnité)

Si l’on note de petites améliorations, l’on est encore loin d’un salaire et d’un statut décents. 

En effet, un CDI au bout de 3 ans de CDD au lieu de 6 ans ne résout en rien la précarité des AESH, ne rend pas le métier d’AESH plus attractif et ne va pas dans le sens d’une professionnalisation et d’une reconnaissance de leur fonction. 

Par ailleurs, l’enveloppe budgétaire est incontestablement insuffisante pour une réelle revalorisation des AESH et pour verser ENFIN à ces personnels des salaires à la hauteur de leur rôle dans l’institution. La nouvelle grille indiciaire, qui entrera en application au 1er septembre 2023, par son manque d’ambition, rencontrera très vite les mêmes écueils et effets pervers que celle en vigueur depuis septembre 2021, à savoir un écrasement des premiers échelons et un maintien des AESH dans la pauvreté. 

Pour conclure, les AESH sont encore plus pénalisés par la réforme des retraites que les autres catégories de personnels, l’abandon des PIAL et un statut de fonctionnaire ne sont toujours pas à l’ordre du jour et les salaires comme les conditions d’emploi ne sont pas vraiment améliorés !

Pour plus de détails, lisez notre compte-rendu …