Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Administratifs
AESH
Dating Online
La carrière
Nos Enquêtes
Le SNALC
Les Actualités
Les Congrès
Les publications
Premier Degré
second degré
sondages
Voie Professionnelle

Vacances d’été: le débat relancé?

examen_iStock_FatCamera

L’ancien Premier Ministre, Edouard Philippe, entend faire une proposition de Loi qui ne plaît pas du tout au SNALC: raccourcir les vacances d’été. En tout cas, cela relance un débat.

Sur BFM TV, le SNALC est intervenu dans ce débat.

En cliquant sur le lien ci-dessous, vous pourrez vous faire une idée en regardant:

De 1h:06:20 à 1h:08:19

Puis pour un plus ample développement, de 1h:40:18 à la fin.

(Il est possible qu’il faille créer un compte gratuit pour voir la vidéo, si vous ne vous sentez pas de le faire, nous vous résumons le débat plus bas)

L'ESSENTIEL

Dans la première partie, qui est une sorte de mise en bouche, pour ne pas dire un teaser, des enfants sont interrogés et alors que certains ne veulent pas voir leurs vacances rognées, d’autres plaident pour un mois et demi de vacances au lieu de deux (au passage, signalons que nous n’avons plus deux mois depuis belle lurette).

Le SNALC s’exprime (une phrase conservée sur cinq minutes) pour dire que les élèves sont épuisés après les onze dernières semaines. 

Puis un autre syndicat s’exprime et plaide pour des vacances d’été plus courtes mais des journées mieux aménagées, permettant de faire classe le matin et de mettre en place des activités périscolaires les après-midis.

(étonnant de se dire que des représentants des professeurs se mettent à plaider pour une annualisation du temps de travail…. mais passons aux arguments contre qui ne paraissent pas trop corporatistes :

A la fin de l’émission, Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC, intervient pour rappeler quelques éléments importants:

  1. Avec les évolutions climatiques que nous connaissons, il a déjà été nécessaire de repousser le DNB et les épreuves du baccalauréat (celles qui restent) demandent une logistique adaptée. Mettre entre 30 et 40 élèves dans une salle pour faire cours à ce moment de l’année est totalement stupide!
  2.  L’école n’est pas une garderie. Si l’on peut comprendre que c’est compliqué pour les parents de s’adapter avec leur métier durant un mois et demi, nous sommes là pour enseigner. Et les conditions ne sont pas réunies en été pour ce faire.
  3. Notre métier ne fait plus rêver grand monde. Si on continue à le dévaloriser en donnant à penser que nous ne sommes là que pour garder les enfants, on va vraiment le tuer
  4. Seuls quatre pays en Europe ont moins de vacances l’été. Les pays nordiques, souvent présentés comme modèles, ne sont pas différents de nous de ce point de vue.
 
Ce que Jean-Rémi n’a pas eu le temps de dire et qui n’a pas été retenu dans l’autre intervention de notre syndicat:

1. On a déjà perdu, en tout cas en lycée, une part de nos élèves depuis fin mars. De plus, depuis quelques années, certains ne terminent pas l’année pour partir hors période quand d’autres reviennent plus tard en septembre. Souvent, ce sont les plus en difficultés. 
2. Depuis des années, on a perdu des heures de cours dans pas mal de disciplines pour mettre en place de « l’éducation à »: citoyenneté, orientation… Si l’on veut vraiment lutter contre les difficultés des élèves, plutôt que de raboter les vacances, il faudrait peut-être penser au sens de notre mission.

Au final, pour le SNALC, si l’idée consiste à mettre les fainéants de professeurs au travail pendant les vacances, cela montre une méconnaissance crasse de notre métier. Certains ont encore l’image d’Epinal du professeur faisant cours avec ses feuilles jaunies par le temps. Il est peut-être temps de sortir des poncifs pour revenir au réel.

Et si l’idée est d’occuper les enfants et d’arranger les familles, il y a peut-être des investissements à faire et des politiques à mener dans le milieu associatif ou dans des activités hors l’école. Encore une fois, cela s’appelle Education Nationale et non garderie nationale.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Lire aussi